Tag Archives: vin

  • Le vin est-il un aphrodisiaque ?

    Le vin est-il un aphrodisiaque ?

    Boire du vin pourrait vous faire rencontrer Aphrodite et ses Erotes !

    Reconnu depuis des millénaires comme symbole de séduction et des plaisirs de la chair, le vin possèderait des vertus aphrodisiaques qui pourraient faire sauter des verrous et favoriser les rapprochements amoureux. C’est du moins ce qu’a montré une étude de 2013 menée par l’université de Florence, en Italie, sur 788 femmes âgées de 18 à 50 ans.

    L’alcool agit en effet sur les récepteurs du cerveau qui ont pour fonction de déclencher la production des hormones du bonheur et du plaisir : dopamine, sérotonine et endorphine.

    De plus, le vin, en particulier le vin rouge et le champagne, augmente le flux sanguin dans les zones érogènes des partenaires, ce qui déclenche désinhibition et désir sexuel. Boire deux verres de vin rouge par jour stimulerait les œstrogènes (hormone sexuelle femelle primaire) des consommatrices, ce qui améliorerait leur désir. Pour les hommes, cela permettrait une nette augmentation de testostérone, ce qui améliorerait leurs performances au lit.

    On comprend mieux pourquoi apparaît toujours une bouteille de champagne dans les moments de volupté de James Bond… !

    Pour aller plus loin, on vous a trouvé une petite recette de cocktail aphrodisiaque à base de vin :

    Ingrédients :

    • 50cl de vin blanc sec
    • 25cl de cognac
    • 1 gousse de vanille
    • 25g de cannelle en bâton
    • 35g de gingembre râpé
    • 2 cuil. à soupe de miel liquide

     

    Mélangez le vin, la gousse de vanille, la cannelle et le gingembre et laissez reposer 48 heures.

    Ajoutez le cognac et le miel.

    Mélangez, filtrez et amusez-vous bien !

  • Rosé : Comment fait-on votre boisson d’été préférée ?

    Rosé Comment fait-on votre boisson d’été préférée ?

    Chez My Vitibox, on aime les petites pépites que nous vous faisons découvrir au fil des box. Aujourd’hui, nous voulons vous en apprendre plus et vous faire découvrir le processus de vinification d’un vin rosé. Vous serez incollable sur le sujet et vous pourrez épater vos amis lors de vos barbecues d’été !

    Le rosé, boisson phare de votre été, possède une large palette de teintes allant de la couleur litchi jusqu’à cerise, en passant par des teintes abricot. Cette caractéristique diffère selon la technique de transformation du raisin utilisée. Deux méthodes de production s’offrent au vigneron : la saignée et le pressurage.

    La saignée

    C’est la pratique la plus ancienne des deux. Cette technique consiste à séparer le jus des parties solides. La vendange est mise en macération, comme pour élaborer un vin rouge. Puis, on réalise la saignée 12 à 24 heures après cette macération. On coule une partie du jus, le reste de la cuve servant généralement à élaborer du vin rouge. Cela laisse le temps au jus de légèrement se colorer pour une robe allant de rosé foncée à cerise. Si le vigneron souhaite une couleur plus claire, il lui suffit tout simplement de laisser le jus moins longtemps dans la cuve.

    Le pressurage

    Dans le cas des rosés de pressurage, les raisins rouges sont vinifiés comme dans le cas de l’élaboration d’un vin blanc. Après foulage (opération qui consiste à faire éclater les baies pour en libérer le jus), le marc est soumis au pressurage suite à une légère macération. Le moût écoulé est vinifié comme pour un vin blanc. Plus le moût macère au contact des peaux, plus la coloration sera prononcée, et donc en séparent les peaux du moût, on arrête la coloration de ce dernier.

    Vous savez tout sur le rosé, vous pouvez maintenant les déguster !

  • Pourquoi élever un vin en fût de chêne ?

    Un vin vieilli en fût de chêne, ça fait classe et authentique ! Mais cette étape améliore-t-elle vraiment la qualité et le goût du vin ? Quelques informations pour continuer votre initiation à la dégustation.

    Contrairement à l’inox, les micropores du bois laissent passer un peu d’air. Grâce à cette micro-oxygénation, le vin peut continuer à respirer pour « arrondir » ses tanins et réduire les arômes primaires pour laisser s’exprimer de nouveaux arômes. De plus, le fût, au contact du vin, libère ses propres tanins qui permettent notamment d’intensifier et de stabiliser la couleur d’un vin. Ses arômes vont contribuer à la complexité du vin en apportant des notes de boisé, amandes grillées, pain toasté, clou de girofle, ou vanille (le chêne contient par exemple de la vanilline).

     

    Attention aux risques de l’élevage en fût !

    De plus en plus de vignerons s’opposent à la mode du « tout fût de chêne » qui, en insistant avec excès sur un boisé artificiel, dénaturerait et standardiserait les vins. Lorsque l’on déguste certains vins, on a effectivement parfois l’impression de boire du jus de planche tellement le fût a marqué le vin. Ces vignerons préfèrent l’élevage en cuve inox, solution plus hygiénique, qui respecte la saveur des vins… et qui est surtout bien plus économique !

     

    De l’importance significative du choix du fût de chêne :

    La taille du fût : Plus sa capacité est grande moins il dégage d’arômes.

    L’âge du fût : Plus il est neuf, plus il libère d’arômes.

    Les techniques de chauffage : Des arômes de vanille apparaissent si le bois du fût a été peu chauffé et des arômes d’amandes grillées ou de toasté si la chauffe a été plus forte.

    La provenance : Des chênes provenant de différentes géographies (e.g. Forêt de Tronçais en France ou forêts américaines) libéreront différents types de tanins et d’arômes dans le vin.

     

    Le vin élevé en fût de chêne que je vous conseille : Chateau Villa Carmin 2010 - Médoc

    (Box vin My VitiBox du mois de Mars)

    Si vous souhaitez découvrir des vins somptueux élevés en fût de chêne, n'hésitez pas à vous inscire à l'abonnement vin My VitiBox!

  • 80% des Français ne savent pas comment déguster un verre de vin

    DÉGUSTER UN VERRE DE VIN

    L'enquête publiée par My VitiBox révèle que près de quatre Français sur cinq ne savent pas   vraiment comment déguster un verre de vin, et qu’ils sont plus de la moitié à s’avouer parfois embarrassés lorsqu’ils doivent choisir un vin sur une carte au restaurant.

    Mais voilà, la France est le berceau du vin. Alors, même s’il ne s’y connait pas, Monsieur tout le monde, équipé de son guide des vins, se sent obligé de faire semblant.

    - Au restaurant, vous avez l’impression qu’il scrute attentivement la carte des vins, en fin  connaisseur.  Détrompez-vous, vous verrez qu’il prend souvent le deuxième ou troisième vin le moins cher de la carte.

    - Au supermarché, vous le voyez sélectionner avec assurance ses bouteilles préférées. En réalité, la première chose qu’il examine – à part le prix – c’est la belle image de château sur l’étiquette !

    - Lors des dîners,  il déguste son vin en prenant un air grave et ose des « c’est un très bon cru, tannique à souhait ». Mais beaucoup ne sauraient pas différencier un merlot d’un pinot noir.

    Les Français sont 70%, toujours selon l’enquête de My VitiBox, à souhaiter découvrir davantage l’œnologie. Mais, pour beaucoup d’entre eux, qui ne sont nés ni à Bordeaux ni en Bourgogne, le monde du vin paraît inaccessible. Alors que faire lorsque l’on n’y connaît rien et qu’on en a marre de faire semblant ? On fait confiance aux abonnements My VitiBox bien sûr !

    Vous voulez en savoir davantage sur les arômes du vin, lisez mes articles sur les étapes de la dégustation : l'oeil , le nez et la bouche. Découvrez également les familles d'arômes que vous retrouvez dans vos vins.

    Si vous souhaitez découvrir l'oenologie mois après mois et bénéficier des conseils d'Alain Gousse, ancien sommelier du restaurant la Tour d'Argent, n'hésitez pas à vous abonner à la box vin My VitiBox.

  • My VitiBox partenaire des Trophées Influenceurs 2013: Votez pour votre blogueur Préféré!

    TROPHÉES INFLUENCEURS

    Chers abonnés,

    Nous avons l’honneur d’être le partenaire œnologie des Trophées Influencers  2013, une manifestation organisée par Tribway pour identifier les blogeurs les plus influents du web français dans différentes catégories.

    Au cours des prochains jours, nous allons donc vous présenter quelques-uns de ces blogueurs vins et gastronomie qui sont en lice pour le titre d’ « Influenceur 2013 ». N’hésitez pas à aller voter sur www.tribway.com pour les bloggeurs que vous trouvez les meilleurs !

    Nous vous souhaitons une bonne journée

    Bien à vous,

    L’équipe My VitiBox

  • Quand le vin nous fait défaut: les défauts rédhibitoires d'un vin!

     DÉFAUTS RÉDHIBITOIRES D'UN VIN

    Quels peuvent être les défauts rédhibitoires d’un vin ?

    Vous pouvez observer les défauts d’un vin au cours des trois étapes de la dégustation : œil, nez, bouche.

    Œil : les défauts qui sautent aux yeux !
    Un vin trouble dû a un problème lors de l’élevage :
    - Les particules brunâtres en suspension de certains rouges sont généralement dues à des raisins qui ont été récoltés trop murs, voir pourris !
    - Les particules bleuâtres dans les rouges et blanchâtres dans les blancs traduit des excès de fer ou de cuivre dus à des cuves et pressoirs mal entretenus ou à des températures trop élevées.
    Ne confondez pas le fait que le vin soit trouble avec la présence de dépôt excessif au fond de la bouteille qui est un signe que le vin n’a pas été correctement filtré et collé (ajout de sulfite pour justement éviter les dépôts) avant la mise en bouteille.
    Un vin terne. Un vin manque d’éclat lorsqu’il manque d’acidité, on parle de vin « mou ».
    Un vin effervescent. Si même après agitation et aération votre vin reste effervescent c’est parce qu’il a entamé une seconde fermentation, non désirée, après l’embouteillage.

    Nez : le vin qui pique !

    Une odeur de bouchon reste la plus courante. Elle est souvent due à la mauvaise qualité du bouchon et l'apparition d’une molécule (trichloro-anisole) qui contamine la totalité du vin.

    Une odeur d’oxydation. Noix, notes madérisées ou odeur de pomme très mûre sont typiques d’un vin dont l’oxydation s’est produite au contact de l’air lors d’un changement de cuve ou pendant la mise en bouteille.

    Une odeur de réduction à l’origine d’odeur de renfermé, de moisi, d’ail, d’oignon ou même de choux-fleurs provient d’un excès de souffre.

    Une odeur d’herbe humide ou de foin, due à des phases de macération trop longues avant le pressurage ou la présence de matière végétale telle que des feuilles ou des rafles.

    Et la pire… une odeur de vinaigre ! Elle résulte de la formation d’acide acétique (vinaigre) dû à une oxydation prolongée provoquant la transformation du vin.

    La bouche : un vin peut râpez la gorge !

    Évidement, certains défauts présentés si dessus peuvent se retrouver en bouche, néanmoins il en existe d’autres.

    Une amertume désagréable. Elle est souvent due à un excès de matière végétale (peau de raisin, rafles, feuilles) dans le vin lors de la fermentation.

    Un jus de planche. C’est la preuve d’un trop long élevage dans des fûts mal entretenus ou moisis.

    Un goût métallique fait mentir les partisans de l’élevage en cuve en inox !

    Enfin le goût de « bock » ou d'œuf pourri est provoqué par un soufrage trop tardif pendant la vinification.
    Le vin est une matière vivante, il a ses qualités et ses défauts. Nous espérons que vous ne les retrouverez pas dans les coffrets de votre abonnement vin My VitiBox.
    N’oubliez pas qu’un vin doit être soigné lors de sa conservation : retrouvez les 5 règles d’or pour constituer votre cave sur notre blog.

  • Bébé-crus : un cadeau de naissance millésimé.

    UN CADEAU DE NAISSANCE MILLÉSIMÉ

    Tiens, si nous achetions plusieurs bouteilles d'un très bon vin de l'année de naissance de notre enfant ?

    Il pourrait le laisser vieillir et le déguster dans quelques années pour sa majorité, son mariage ou même pourquoi pas à la naissance de son premier enfant : la boucle est bouclée ! 

    Quel vin choisir et comment le conserver ?

    Plusieurs facteurs peuvent chaque année influencer la qualité du raisin et donc du vin : soyez  stratégiques et renseignez vous sur la météo pour que bébé puisse profiter d'un grand vin ; ) !

    Les conditions climatiques printanières idéales (frais mais avec un fort ensoleillement et une pluviométrie moyenne) favorisent le bon développement de la vigne. Ensuite, les journées doivent être chaudes et les nuits fraiches en été avec une pluviométrie limitée pour favoriser une maturation lente et progressive des raisins. Si ces conditions sont réunies vous aurez probablement un très bon millésime.

    Première étape : bien choisir le vin en fonction de l'année de naissance de votre enfant.

    En 2005 préférez des Bordeaux ou des Bourgognes. Les petits chanceux : les récoltes ont étés exceptionnelles cette année là !

    En 2006, tournez vous vers des vins du Sud-Ouest ou des Côtes-du-Rhône comme un Châteauneuf-du-Pape par exemple.

    En 2007, évitez les Bordeaux dont la qualité a été un peu décevante cette année là mais privilégiez les vins du Languedoc-Roussillon ou les vins de Bourgogne. Vous trouverez de très bons vins de garde que vous pourrez déguster dans plusieurs années.

    En 2008, les vins de Loire feront certainement plaisir à vos enfants quand ils les retrouveront. Si vous avez un budget un petit peu plus élevé, achetez quelques caisses de Champagne : les vendanges ont été exceptionnelles cette année là. 

    En  2009, année très satisfaisante pour de nombreuses appellations, vous ne serez pas déçus si vous sélectionnez un grand vin de Bordeaux !

    En 2010, année de naissance du premier Ipad d'Apple ; ), direction le Sud-Ouest ou les Côtes-du-Rhône.

    Pour les plus jeunes, laissez-vous encore un peu de temps pour choisir, les vendanges sont encore assez récentes pour vous conseiller. Je n'ai pas encore suffisamment dégusté ces millésimes ! ; )

    Privilège des abonnés My VitiBox : vous allez recevoir prochainement un VitiGuide dans lequel vous retrouverez des infos sur les meilleurs millésimes détaillés région par région ! (depuis 1985..)

    Deuxième étape : bien conserver ce cadeau de naissance dans votre cave et ne pas céder à la tentation de le boire avant votre enfant ; )

    Comment conserver le vin de votre enfant chéri ?

    Retrouver les 5 règles d'or pour constituer votre cave sur notre blog My VitiBox.

    Et moi ? Mes parents, pourtant viticulteurs, n'ont pas eu cette si bonne idée de cadeau de naissance...

  • L'assemblage, une étape clé dans la fabrication d'un vin.

    L'ASSEMBLAGE DES VINS

    L’assemblage des vins est l’une des étapes les plus importantes de la confection d’un vin, l’une des plus stratégiques et délicates pour les viticulteurs.

    Il s’agit de l’étape pendant laquelle le viticulteur, souvent assisté par un œnologue, mélange plusieurs de ses vins afin d’obtenir un ensemble qualitativement supérieur.

    Ainsi, dans la majorité des cas et selon les régions vous pouvez rencontrer des vins assemblés entre :

    • - des vignes d'un âge différent
    • - plusieurs parcelles de vignes
    • - plusieurs cépages
    • - plusieurs cuves d'un même cépage : les cuves étant différentes, les vins ont des caractéristiques complémentaires.

    Vous comprendrez donc que les variantes d'assemblages peuvent être très nombreuses !

    Attention, cette étape est néanmoins réglementée : seuls des vins du même millésime, de la même région et de la même couleur peuvent être en principe assemblés.

    L'assemblage des vins est réglementée par les appelations régionales

    Par ailleurs, l'assemblage en Champagne est un cas à part. Il s’agit de la seule région où la combinaison des lots de millésimes différents est autorisée. Ainsi les maîtres de chai champenois assemblent les vins de l’année avec des vins plus anciens, dits “ vins de réserve”. Ils arrivent grâce à cette méthode à perpétuer le style caractéristique de la maison.

    Vérifiez par vous même : vous ne trouverez que très rarement une bouteille de champagne millésimée. Sauf si la qualité des raisins fut jugée exceptionnelle cette année là, comme en 1996 ou 2005 par exemple !

     Si vous souhaitez en savoir davantage sur les cépages: découvrez mon article sur les principaux cépages.

  • Domaine Theulot-Juillot : d’abord une histoire de couple

         Le vin se vit à deux. Il y a souvent derrière un domaine ou un château viticole l’histoire d’un couple qui a décidé de faire de la vigne son projet de vie. Le domaine Theulot-Juillot, c’est d’abord cela. Encore jeunes adolescents, Jean Claude Theulot et Nathalie Juillot se sont rencontrés dans les vignes, ont appris à se connaître en vendangeant ensemble. Epouser Nathalie, c’était aussi épouser la vigne et le domaine Juillot. Tout jeunes mariés – ils ont à peine 23 ans – la grand-mère de Mme Theulot leur propose de reprendre le domaine familial « Je suis vieille du haut de mes 85 ans, leur a-t-elle dit, si ma proposition vous intéresse, foncez ! ». Et ils foncent.

         La grand-mère de Mme Theulot, âgée de 85 ans, n’avait plus l’énergie pour « tenir » un tel domaine. Du coup, le domaine vivotait : les jeunes vignerons en charge du domaine changeaient tous les 6 mois, aucun investissement n’avait été réalisé en 20 ans et l’état des vignes se dégradait année après année. Monsieur Theulot, sa licence de Sciences de la Vigne en poche, a rapidement repris la situation en main, soignant les vignes, arrachant les ceps trop abîmés pour en replanter de nouveaux. La « génération précédente », se focalisait sur la vente du vin en oubliant la vigne. Le couple Theulot préfère retourner à la vigne et au raisin pour améliorer la qualité du vin ; les ventes suivront. A force de persévérance, d’abnégation, de passion, ils parviennent à hisser le domaine Theulot Juillot parmi les plus prometteurs de l’appellation Mercurey.

         Si vous passez à Mercurey, n’hésitez pas à venir les saluer. Ils se feront une joie de vous accueillir.

         Le Mercurey vieilles vignes 2010 : un vin d'assemblage révélateur de la force de la Bourgogne : ses sols

         Monsieur Theulot voulait créer un vin gourmand, rond, facile à boire mais complexe au nez, « un vin que l’on boit sans se poser de question » me résume-t-il. Pour cela, il décide d’assembler trois vins différents et complémentaires provenant de trois micro-parcelles voisines. L’un est très structuré, l’autre très élégant et fruité tandis que le dernier est plus souple, plus léger. C’est cet assemblage original qui fait l’excellence du Mercurey Vieilles Vignes du domaine Theulot-Juillot.

         Une question nous vient naturellement à l’esprit : les trois vins composant le « Mercurey vieilles vigne » viennent de la même région bourguignonne, de la même AOC Mercurey, du même cépage Pinot Noir, de vignes toutes trentenaires, du même vigneron, du même millésime, du même processus de vinification… mais ils sont tous très différents !  Comment expliquer cette différence de goût entre les 3 vins alors qu’ils ont tous les mêmes ingrédients?! C’est toute la magie de la terre. Une terre formée de sols très différents. La seule AOC Mercurey de 645 ha a 56 sols différents. Puis ces sols sont à des altitudes et des expositions différentes. Ainsi, deux vignes parfaitement identiques en apparence peuvent donner deux vins totalement différents selon leur sol, leur altitude, leur microclimat etc. C’est ce qu’on appelle le terroir. La diversité des terroirs est, selon monsieur Theulot, la force de la Bourgogne : la multitude de micro-parcelles, différentes grâce à la diversité géologique et géographique de la Bourgogne, permet une grande richesse de vins. Sur ses 11 ha il propose 15 vins, alors qu’un vigneron Bordelais peut faire sur 30-40 ha un seul vin.

         Parmi les caractéristiques du Mercurey Vieilles vignes 2010, on notera les suivantes :

    1. 1. Issu de vieilles vignes, c’est-à-dire de vignes âgées de plus de 35 ans. . Officiellement, il n’existe pas encore de norme qui définisse à partir de quel âge une vigne est « vieille ». Certains vignerons – d’une honnêteté douteuse –  peuvent inscrire « Vieilles vignes » sur leur étiquette alors que leur vigne n’est âgée que de 10 ans. Chez les Theulot-Juillot, on ne parle de vieilles vignes que lorsque celles-ci ont dépassé les trente cinq ans.
    2. 2. Vendanges manuelles… il va falloir se moderniser non ? Et bien non, c’est un choix mûrement réfléchi. Investir dans des machines serait peu rentable car les parcelles sont peu mécanisables. De plus, les cépages sont identiques, mais les pieds de vignes sont très différents. « J’imagine que vous et moi l’on ne se ressemble pas !», me fait-il remarquer. Le geste du vendangeur doit s’adapter à la morphologie de chaque vigne pour ne pas l’abîmer. Pas question donc de mécaniser les vendanges.
    3. 3. Elevé en fût de chêne, pour rester dans le sillage de la tradition en apportant complexité et maturité au vin.
  • Du conseil à la vigne

         Il y a parfois dans la vie professionnelle de belles reconversions porteuses de sens. L’histoire d’Aline et Paul Goldschmidt en est une. Car le couple qui a crée le Plaisir de Siaurac à déguster dans le coffret d’octobre n’a pas toujours été vigneron

         Paul a pendant dix ans lancé et développé Roland Berger en France, l’un des plus grands cabinets de conseil en stratégie aujourd’hui. Aline a un savoir-faire en terme de communication ayant travaillé chez Publicis. En 2007, leur vie bascule lorsque le père d’Aline, Olivier Guichard, ministre du Général de Gaulle, de Pompidou et de Giscard, décède. Les sœurs d’Aline souhaitent vendre les trois châteaux bordelais détenus par leur famille depuis 1832. Il n’en est pas question pour Paul et Aline : les châteaux de la Baronne Guichard resteront dans la famille Guichard ! Paul réunit toutes ses économies pour aider sa femme à racheter les  parts de ses sœurs. Une nouvelle vie commence, loin des powerpoints et des salles de réunions feutrées du VIIIème arrondissement. Du conseil à la vigne il n'y a donc qu'un GRAND pas!

         Paul, bien sûr, garde ses réflexes de stratège du business. Il diagnostique rapidement la situation : les terroirs des trois propriétés ont un superbe potentiel, mais il faut tout remettre au carré – de la vinification jusqu’à la commercialisation - pour que ce potentiel se révèle pleinement. Tout cela prendra du temps, le temps de la vigne n’est pas celui de Paris, et il faut au moins compter dix ans pour remonter une propriété viticole et encore dix années supplémentaires pour finir de construire la notoriété du domaine et pouvoir en tirer réellement profit.

         Aline et Paul identifient trois priorités pour y parvenir :

    1. 1. Créer des vins qui respectent l’identité des terroirs qui sont parmi les meilleurs de leurs appellations : le Château Siaurac, la propriété historique de Lalande de Pomerol et leurs deux autres bijoux : le Château Vray Croix de Gay voisin de Petrus et Trotanoy à Pomerol et le Château Le Prieuré, Grand Cru Classé de Saint-Emilion situé en face d’Ausone. Conseillés par les meilleurs spécialistes des sols, Paul et Aline décident d’arracher et de replanter la moitié du vignoble, de refaire les chais, de passer en agriculture raisonnée. Les vignes sont donc encore jeunes, il faut maintenant attendre que le temps fasse son œuvre.
    2. 2. Créer du lien et de l’intimité avec les clients. Le marché du vin est un marché très fragmenté, avec des milliers de vignerons. Difficile donc pour un consommateur de s’y retrouver … sauf si le domaine ou le château parvient à faire connaissance avec ce consommateur de manière plus intime. C’est la raison pour laquelle Aline et Paul promeuvent autant l’oenotourisme dans leurs propriétés : une fois que le consommateur aura goûté ses superbes vins et compris tous les efforts réalisés pour que les terroirs s’expriment, il aura de fortes chances de devenir un ambassadeur du château. Il est également clé de créer et d’animer un réseau de prescripteurs – sommeliers, restaurateurs, e-commercants -  qui sont des canaux non concurrents. Ils participent à la notoriété et l’image de marque du domaine.
    3. 3. Bâtir une distribution sélective en France et à l’international de restaurants, cavistes et e-commerçants capables de transférer leurs valeurs de proximité avec le client.

         La cuvée 2010 du Plaisir de Siaurac fait à partir des jeunes vignes du Château Siaurac  démontre incontestablement que les efforts de Paul et d’Alain payent : le Plaisir de Siaurac, un 100% merlot prêt à boire, rencontre un vif succès dans les restaurants de Paris et de province, mais également au Royaume Uni, en Belgique, en Allemagne, en Hollande ou au Brésil. Les stocks partent vite et il n’en restera bientôt plus. Alors dépêchez-vous de déguster !

          Si vous passez dans la région de Bordeaux rendez leur visite à Siaurac. Le site vaut le détour et le programme conçu par Aline est  taillé sur mesure : l’Art de vous faire vivre le Vin vient de recevoir le Best Of d’Or du tourisme du vin de la Chambre de Commerce de Bordeaux.

10 article(s)

[profiler]
Memory usage: real: 19136512, emalloc: 18578856
Code ProfilerTimeCntEmallocRealMem