Tag Archives: initiation à la dégustation

  • Le nez : la deuxième étape de la dégustation

    Pour vous guider dans votre initiation à la dégustation d'un vin, je vous propose de passer à la deuxième étape de la dégustation: le nez. Cette l’étape la plus importante de la dégustation car les arômes sont d’autant plus intenses au nez qu’en bouche.

     1er nez

    Ma méthode : Je sens le vin en tenant le verre immobile (avant agitation). Je n’hésite pas à plonger mon nez profondément dans mon verre en inhalant en courtes ou longues inspirations.

    Je détecte si je sens une mauvaise odeur (bouchon, oxydé, trop vieux…) mais ce genre d’odeur est souvent flagrant.

    - l’intensité aromatique : puissante ou discrète ? Plus vous tenez le verre loin du nez (10cm) plus l’intensité est puissante.

    - les arômes : je détecte les famille d’aromes (floral, fruité, végétale, minérale, boisé, épicé…) puis de façon plus précise si possible je nomme les odeurs de cassis, vanille, acacia, poivron, chêne… (cf tableau)

    2ème nez

    Ma méthode : je fais tournoyer le vin dans mon verre pour que les arômes se libèrent dans l’air. De cette façon, je parviens à identifier de manière bien plus précise les arômes du vin. Je repère les arômes une deuxième fois, pour détecter les différents arômes révélés au 2ème nez.

    Je vous propose de continuer votre initiation à l'oenologie via mes autres articles sur les étapes de dégustation:  " l’œil: première étape de la dégustation " et " la bouche: troisième étape de la dégustation". Pour en savoir plus sur les arômes regardez également : " les 14 familles d'arômes" et "des aromes primaires aux aromes d'evolution".

    Pour continuer à apprendre chaque mois sur l'oenologie et le vin, n'hésitez pas à vous inscrire à l'abonnement vin My VitiBox.

  • La bouche : la troisième étape de la dégustation

    Pour vous guider dans votre initiation à la dégustation d'un vin, je vous propose de passer à la troisième étape de la dégustation: la bouche. Très souvent l'étape la plus appréciée ;)

    Ma méthode : Vous aspirerez un peu d’air tout en gardant le vin en bouche : c’est ce qu’on appelle la rétro-olfaction ; celle-ci permet d’intensifier les arômes du vin en bouche et faire passer le vin un peu partout en bouche permet de caractériser les saveurs du vin : sucré, salé, acidité, amertume.

    - l'attaque en bouche : est-elle agressive, puissante, franche, suave, faible ?

    - le degré de sucre : surtout pour les vins blancs (sec, demi sec, moelleux, liquoreux).

    - le degré d’alcool : inférieur à 10,5% très faible, supérieur à 14% très fort en alcool.

    - l'acidité : plus le vin me fait saliver, plus il est acide.

    - les tanins : si j'ai cette sensation râpeuse en bouche, cette impression de sécheresse, cela signifie que le vin est très tannique.

    - les arômes : détecter les nuances d'arômes en comparaison avec ceux senti au nez.

    - la caudalie (la finale) : unité de mesure (en secondes) pour calculer le temps que les aromes restent dans la bouche après avoir avaler (1-3 court, 4-7 moyen, 8-12 long, au dessus de 12 exceptionnel).

    Je vous propose de continuer votre initiation à l'oenologie via mes autres articles sur les étapes de dégustation:  " l’œil: première étape de la dégustation " et " Le nez : deuxième étape de la dégustation". Pour en savoir plus sur les arômes regardez également : " les 14 familles d'arômes" et "des arômes primaires aux aromes d'evolution".

    Pour continuer à apprendre chaque mois sur l'oenologie et le vin, n'hésitez pas à vous inscrire à l'abonnement vin My VitiBox.

2 article(s)