Choisir & Acheter

UFC que choisir, pour vous servir

  • Le soleil arrive : cap sur le rosé !

    Petite information surprenante pour briller à la plage et en pique-nique : le rosé est le deuxième vin le plus consommé en France devant le vin blanc ! En effet, si le rouge tient le haut du pavé avec 60%, le rosé est numéro 2 avec 23% et le blanc est le petit dernier avec 17%. Et avec le rosé le plus cher du monde qui dépasse désormais les 80 euros pièce, le sujet devient plus sérieux que jamais. Mais cela pose donc une question cruciale : comment bien choisir son rosé ?

    La première chose à savoir est qu’il existe trois façons de produire du rosé, et que chacune de ces méthodes produit un type de vin différent répondant à un besoin différent. La question devient donc : quel rosé pour quelle occasion ? L'abonnement vin My VitiBox vous propose un petit tour de panorama !

    Les rosés de presse : les compagnons de l’apéro.

    Première méthode pour faire du rosé : prendre des raisins noirs et les emmener directement au pressoir comme on l’aurait fait pour du vin blanc. On les presse fort (d’où le nom rosé de presse) et pendant ce contact bref mais intense entre jus et peau, quelques pigments passent de la peau vers le jus, colorant ainsi légèrement le vin et lui donnant une robe rose pâle. Ce sont donc généralement les rosés les plus légers, à servir bien frais quand le soleil commence à se coucher, pourquoi pas avec des olives.

    Les rosés de saignée : copains des buffets froids.

    Deuxième technique : au début de la macération d’un vin rouge, on prélève un peu du jus dans la cuve (on la « saigne », d’où le nom), et on élève à part ce jus qui n’a pas eu beaucoup de temps pour se colorer, et révèle donc une robe rosée d’intensité moyenne.  Comme la macération a tout juste commencé, les levures n’ont pas pu transformer beaucoup de sucre en alcool, et ces vins sont par conséquent très gourmands. Ceux-ci iront merveilleusement bien avec les grands plateaux de crudités qui eux aussi ont des jolies petites notes sucrées, notamment les chou et les betteraves ! C’est le moment double bingo à l’ombre du parasol : du gourmand ET du rafraîchissant.

    Les rosés de macération : le camarade des bonnes grillades.

    Dernière façon de procéder pour nos amis vignerons : commencer à faire comme pour du vin rouge et arrêter bien vite la macération (au bout de quelques heures au lieu de quelques jours voire semaines pour les vins rouges). Le vin n’a donc pas eu le temps de devenir rouge, mais il s’est bien coloré quand même et s’est un peu chargé en tanins. Ce sont donc des rosés à la robe soutenue et plus costauds en bouche, donc parfait pour vos barbecues de viandes et autres joyeuses grillades !

    Tout cela c’est bien joli, mais comment savoir face à quel type de rosé on se trouve? Premier indice, on vous en a parlé : la robe. Mais c’est vrai que cela reste un critère approximatif et qu’il vaut mieux avoir roulé sa bosse pour se sentir sûr de soi. Sinon, il n’y a pas de secret, il faut se renseigner. Ainsi, si vous êtes chez un caviste ou vigneron, n’hésitez pas à demander, et en grande distribution, croisez les doigts pour que l’info figure sur la contre-étiquette ! Le cas échéant, vous pouvez toujours dégainer votre smartphone...

    Le monde du vin réserve plein de surprises, et pour tout découvrir, rien de mieux qu’un abonnement My VitiBox ! En recevant chaque mois notre coffret vin, vous aurez deux excellentes bouteilles dûment sélectionnées par Alain Gousse, ancien sommelier de la Tour d’Argent et du Crillon, et un magazine pour déguster vos vis pas à pas et tout découvrir sur le monde de l’œnologie. Sinon, tournez-vous vers un cours œnologie pour prendre tous les bons réflexes. Bonne dégustation de rosé et à bientôt !

    Pour découvrir les abonnements My VitiBox, c’est par ici !

  • Comment choisir un rosé ?

    L’été arrive à grands pas, et avec lui les apéritifs entre amis autour d’un bon verre de vin rosé. On s’y voit déjà ! Pour y voir (boire) plus clair, Alain Gousse, le cher sommelier de notre box vin My VitiBox, vous propose quelques astuces pour bien choisir un rosé.

    Un an ou deux mais pas plus !

    Le rosé se boit jeune ; il n’y a aucun intérêt à le laisser vieillir. En 2014, privilégiez donc le millésime 2013 si vous devez choisir un rosé !

    Choisir un rosé clair ou foncé : des techniques de vinification différentes

    Vous le savez sans doute, le rosé n’est pas produit en mélangeant du vin rouge et du vin blanc mais il est produit à partir de raisins noirs, dont la pulpe est blanche et la peau violacée. Ainsi, c’est la peau du raisin qui va donner sa couleur au vin rosé. Les vignerons peuvent utiliser deux techniques de vinification différentes pour les vins rosés. Selon la technique utilisée, le vin sera plus ou moins clair, et aura des caractéristiques bien particulières. A vous de choisir un rosé qui vous correspond le mieux.

    Le rosé de saignée est produit en faisant macérer  des raisins rouges pendant  une très courte durée (24 à 48h). On dit qu’on « saigne » la cuve lorsqu’on extrait une partie du moût et qu’on la transfère dans une autre cuve pour la laisser fermenter seule. Cette technique permet de produire des rosés relativement foncés, assez lourds, vineux, avec un potentiel de garde supérieur. Ils sont plus proches du vin rouge.

    Le rosé de pressurage est produit en pressant les grappes juste après la vendange, sans même les laisser macérer. Lorsque le jus a été récolté, il est placé dans une cuve pour l’étape de la fermentation. Généralement, ces vins ont une robe beaucoup plus claire. Légers et sans tanins, ces rosés sont souvent très aromatiques et peuvent être consommés très rapidement !

    Dis-moi ton cépage, je te dirai ce que tu caches

    Chaque cépage a ses particularités, et en fonction de l’assemblage réalisé, les vins  auront plus ou moins d’équilibre, de fruité ou d’acidité. Comme on dit, tous les goûts sont dans la nature, et certains préféreront un vin fruité alors que d’autres préféreront les vins acides. Pour vous aider à choisir un rosé, vous trouverez ci-dessous une liste non exhaustive des caractéristiques associées à certains des principaux cépages utilisés pour produire un vin rosé. A vous de choisir le rosé que vous préférez !

    • Le cinsault

    Utilisé pour des vins rosés, le cinsault produit des vins qui sont plutôt faciles à boire en général, très peu acides, faibles en couleur et en alcool, aux arômes de fruits rouges comme la framboise, de fruits secs et de fleurs blanches. Ce cépage apporte de la fraîcheur, ainsi que de la finesse et du fruit.

    •  La syrah

    La syrah permet de produire des vins rosés brillants très fruités, agréables et avec une belle finesse. Il apporte au vin des notes de violette, de vanille, de havane et de petits fruits rouges.

    • Le carignan

    Dans la majorité des cas, les rosés issus de ce cépage ont une couleur intense rose framboise, un fruité assez discret et une réelle astringence, rehaussée par une certaine fraîcheur.

    •  Le cabernet franc

    Les rosés produits à base de cabernet franc sont moelleux avec une couleur rose pâle. Ils ont un nez fleuri de fleurs blanches de cerisiers, de brugnoniers et de pêchers. La bouche est élégante et légère avec des arômes de petits fruits rouges frais.

    •  Le grenache

    En général, les rosés produits à base de grenache ont une robe rose brillante. Ce cépage donne aux vins des arômes élégants d’agrumes et de fruits rouges comme la framboise et la fraise. Il apporte également du gras, de l’ampleur et de la puissance. En bouche, ces rosés sont très frais.

    Vous avez désormais quelques clés pour bien choisir un rosé et pour commencer l'été, nous vous proposons de découvrir la cuvée Pays d'Oc Rosé 2013 du Domaine de Valensac, un superbe rosé que nous avons proposé aux clients de notre abonnement vin My VitiBox. Bonne dégustation !

  • CHOISIR SON VIN : SAVOIR LIRE UNE ÉTIQUETTE

    Face à votre bouteille de vin vous pouvez rester perplexe à la vue de l'étiquette: que faut-il prendre ou pas en compte dans sa lecture? Voici quelques informations pour vous aider à mieux savoir lire une étiquette.

     

    Les informations à regarder pour savoir lire une étiquette:

    Nom de l’AOC (Appellation d’Origine Contrôlée) : Si l’AOC n’est pas précisée, il peut s’agir d’un vin régional, d'un vin de pays ou bien d’un vin d’entrée de gamme que l’on appelle souvent vin de table.

    Millésime : Cela permet de savoir d’une part s’il faut garder ou boire le vin et d’autre part de préjuger de la qualité du vin puisque les récoltes sont de plus ou moins bonne qualité en fonction de l’année.

    Mise en bouteille au château, au domaine ou à la propriété : C’est bon signe, cela prouve que le vigneron veut contrôler la totalité du processus de vinification jusqu’à la mise en bouteille ! Attention « par nos soins » ne veut pas dire à la propriété.

    Cru : Désigne un village ou un vignoble de haute qualité, notamment en Bordelais, Bourgogne, Champagne et Alsace.

     

    Les informations à ignorer pour savoir lire une étiquette:

    « Réserve » : En dehors de l’Espagne et de l’Italie, cette mention est vide de sens.

    « Supérieur » : En qualité ? Par forcément, cela peut aussi être en degré d’alcool !

    Toute revendication spéciale : Exceptionnel, classique, édition limitée ou autre revendication ne veulent pas dire grand chose. C’est essentiellement du marketing.

     

    Sur l'étiquette peuvent apparaitre des classements différents par région :

    Décrypter les classements des vins peut s’avérer un véritable casse tête puisque chaque région possède ses propres règles pour hiérarchiser ses vins, mais cela peut vous aider à savoir lire une étiquette.

    Dans ma chère Bourgogne, on distingue quatre niveaux de qualité :

    • AOC régionales et sous régionales. Ex : Bourgogne Côte d’Auxerre

    • AOC communales ou « villages ». Ex : Chablis

    • AOC communales Premier Cru. Ex : Chablis 1er Cru Montée de Tonnerre

    • AOC Grand Cru. Ex : Montrachet Grand Cru

     

    Vous avez donc toutes les clés en main pour savoir lire une étiquette, venez vous entrainer sur vos nouvelles bouteilles en souscrivant un abonnement vin My Vitibox! :-)

  • Quelques questions fréquentes sur les grands millésimes

    LES GRANDS MILLÉSIMES SONT-ILS LES MÊMES POUR LES VINS ROUGES ET LES VINS BLANCS ?

    Les rouges – dont l’équilibre dépend de la concentration en sucre et tanins - sont plus demandeurs de soleil que les vins blancs secs. Les grands millésimes des rouges sont donc des années chaudes tandis que les blancs secs préfèrent des étés plus tempérés. En cas de trop fortes chaleurs, la maturation des raisins blancs risque d’être excessive et de faire descendre trop fortement leur taux d’acidité, avec un risque de produire des vins mous, qui manquent de vivacité.

    LA NOTION DE GRANDS MILLÉSIMES EST-ELLE PERTINENTE DANS TOUTES LES RÉGIONS ?

    Cette notion prend tout son sens dans les régions où, d'une année sur l'autre, les conditions de maturation du raisin changent en fonction de variations climatiques. En Italie ou en Californie, où les climats sont très réguliers, le concept de millésime n’est pas primordial ; le terroir, le cépage et le travail du vigneron priment.

    HÉMISPHÈRE NORD, HÉMISPHÈRE SUD : DES MÊMES GRANDS MILLÉSIMES ?

    Dans l’hémisphère Sud, l’été est inversé par rapport à l’hémisphère Nord, et les vendanges ont donc lieu en début d’année. Autrement dit, un vin australien millésimé 2011 aura six mois de plus qu’un vin français millésimé 2011.

    A PARTIR DE QUAND SAIT-ON QU’UN MILLÉSIME EST UN GRAND MILLÉSIME ?

    On dit en général qu’on peut commencer à évaluer un millésime 20 jours après les vendanges. Mais il serait présomptueux de se faire un avis définitif aussi tôt. Pour construire un premier avis sur le millésime, les critiques spécialisées, comme la Revue des Vins de France viennent goûter les vins jeunes en novembre pour la Bourgogne et en mars pour Bordeaux. En réalité, on ne peut vraiment juger d’un millésime que lorsque le vin est arrivé au terme de son vieillissement.

    Pour en savoir plus sur la notion de millésime, n'hésitez pas à lire notre article Qu'est-ce qu'un millésime exceptionnel? Lesquels sont à retenir?

    SI vous souhaitez acquérir et dégustez de grands millésimes choisissez une box vin My VitiBox!

  • Cadeau de mariage: cadeau de mariage autour du vin

    Le mois de juin, les beaux jours (ou presque), le début de la saison des mariages... et des cadeaux qui vont avec !

    Ah, les cadeaux de mariage... de longues heures à passer sur des listes à ne savoir quoi choisir entre une table de jardin et une niche pour Hector leur futur Labrador.

    Rassurez-vous, le nombre de sites de cadeaux de mariage démontre que vous n'êtes pas les seuls à vous creuser les méninges. Tous les sujets sont même évoqués sur les forums: "Idées cadeau de mariage insolites", "SOS, aidez-moi à trouver un cadeau de mariage !", "cadeau de mariage pour des gens que je ne connais pas", "cadeau de mariage pour mon amie d'enfance", "cadeau de mariage pour des gens que je déteste !".
    Bref vous l'aurez compris, beaucoup de questions sur les cadeaux de mariage !

    Oui, sauf que la bonne idée n'a pas encore été citée... la box vin ! Quoi de mieux qu'une dégustation en amoureux chaque mois pour se rappeler de ce moment fabuleux qu'est le mariage.

    Offrez donc en cadeau de mariage aux jeunes mariés un abonnement vin My VitiBox pour découvrir l’œnologie tout au long de l'année. Dans chaque box ils trouveront deux grands crus sélectionnés par Alain Gousse, ancien sommelier du restaurant la Tour d’Argent ainsi qu’un mini-cours d’œnologie et un délicieux menu pour accompagner les deux vins du coffret. Grâce à votre cadeau de mariage, ils pourront ainsi découvrir en couple mois après mois ce qui fait une partie de la richesse de notre patrimoine culturel... la dégustation de bon vin ! Allez, et je vous parie qu'ils vous inviteront bien au moins une fois à partager la dégustation avec eux ; )

  • Robert Parker, le critique de vin le plus influent au monde

    LE CRITIQUE VIN ROBERT PARKER

    Je reviens de Bordeaux où tout le monde ne parle que de la future retraite de Robert Parker ! Et oui, la roue tourne et le grand « Bob » a déjà pris pas mal de bouteilles ;) Alors Robert Parker, késako ?

    Comment la légende Parker est-elle née?

    Robert Parker, avocat sans formation spécifique dans le domaine de l’œnologie, s’est mis a publié ses commentaires de dégustation en 1978. En amateur. Le « mythe » Parker est né quelques années plus tard, en 1984, lorsque sa prédiction que le millésime 1982 serait un millésime exceptionnel s’est avéré exact après la mise en bouteille de ces vins.

    Comment un critique peut-il préjuger de ce que l’on aime ?

    Le rôle d’un critique de vins est de noter de manière objective et indépendante les vins pour aiguiller les consommateurs que nous sommes. Un bon critique ne doit pas imposer ses goûts mais nous faire partager sa compétence analytique.

    Comment fonctionne son système de notation ?

    Robert Parker attribue une note à chaque vin après une dégustation toujours à l’aveugle. Sa note est un chiffre allant de 50 à 100. Les vins notés en dessous de 70 sont considérés comme inacceptables, « moyens » pour ceux notés entre 70 et 79, au dessus de la moyenne à très bons pour les vins compris entre 80 à 89, « excellents » pour les notes comprises entre 90 et 95, et les vins notés de 96 à 100 sont jugés exceptionnels.

    Chaque vin part avec 50 points minimum; les critères pris en compte pour attribuer des points supplémentaires sont les suivants: la robe du vin (5 points), le bouquet (15 points), la longueur en bouche (20 points) et le potentiel d’évolution du vin ou vieillissement (10 points).

    Quelle influence de Parker sur les prix des vins?

    Ses notes influencent le prix des vins dans la plupart des régions du monde. Un vin noté 100 peut voir son prix tripler en quelques heures tandis qu’une mauvaise note peut faire chuter les prix de 30%.

    Une influence forte sur les standards de vinification

    Certains considèrent que Robert Parker contribue à l’uniformisation des vins aussi appelée « la parkerisation ». En effet, certains vignerons tenteraient de vinifier leur vin en fonction des goûts de Robert Parker pour accéder à une bonne note et mieux vendre leurs vins, on dit qu’il aime les vins puissants et boisés. Quant à vous, rien ne vous interdit d'avoir des goûts différents des siens.

    Parker c’est aussi Neal Martin, David Schildknecht…

    Aujourd’hui, Robert Parker note uniquement les vins de Californie, de la vallée du Rhône et sa région de prédilection : les Bordeaux. Ses collaborateurs de la revue Wine Advocate se chargent de noter les autres régions. Autrement dit, un Bourgogne noté 90 par Parker aujourd’hui n’a jamais été dégusté par Parker ; )

    De notre coté, toute l’équipe de My VitiBox continue de se surpasser pour vous dénicher des wine box dignes du grand Bob !

  • Il est keus, fat, enrobé... à chacun sa forme de bouteille !

    On trouve les plus belles moustaches en Alsace (par exemple, samedi dernier, l'alsacien en photo a été « médaillé d’argent » de la plus belle moustache européenne), les bretons et normands sont plus blonds que la moyenne, il y a moins d’obèses dans le sud que dans le nord… vous l’avez compris : chaque région est différente, et ça se voit.

     

    Pour les bouteilles, c’est pareil! A chacun sa forme de bouteille! Avant même de déguster, votre œil aiguisé peut reconnaître la provenance d’un vin, et donc faire des suppositions sur les cépages... mais patience, on verra ça plus tard.

     

    Chaque bouteille a sa forme, sa personnalité, sa (ou ses) région(s) et… son nom :

     

    1. La « rhodanienne » de la vallée du Rhône s’inspire de la fameuse bourguignonne (cf numéro 4), sa voisine du nord.

    2. La « flûte » d’Alsace, couleur vert clair, contient traditionnellement des vins blancs secs et légers mais son design très vendeur est copié rapidement pour tous les types de vins.

    3. La « flûte à corset » à droite ; ces deux bouteilles caractérisent la Provence et la Loire. De couleur vert clair, voire transparente, elles évoquent l’été. Elles contiennent des rosés secs ou des vins blancs d’Italie.

    4. La « bourguignonne », facilement reconnaissable, de couleur vert foncé, est ronde comme les rouges qu’elle contient. Elle a inspiré la « rhodanienne » et certains vins de Loire (muscadet et Anjou).

    5. La « bordelaise » ; si elle est couleur vert foncé, elle contient un vin rouge ; si elle est vert clair, le vin blanc est à l’honneur. Généralisée à quasiment tous les vins du sud-ouest, elle a été largement copiée par les nouveaux venus : la californienne lui ressemble, sauf que son goulot est plus évasé, les vins d’Afrique du Sud, de Chili et d’Hongrie s’en inspirent etc.

    6. Le « clavelin » du Jura, pour les « vins jaunes », vins secs élevés en fûts d’une façon très particulière pendant très exactement 6 ans et 3 mois. Attention, il ne contient que 62 cl car un litre de jus de raisin se réduit globalement à 62 cl de vin jaune à la fin de son vieillissement.

    7. La « champenoise » dont la forme s’apparente à celle de la bourguignonne.

     

    Allez, ce soir au comptoir vous allez briller: chacun reconnaitra sa forme de bouteille! Sauf si vous commandez du vin en cubi...

    Et pour voir tous les formats commandez votre abonnement vin My Vitibox, vous en verrez de toutes les couleurs! Enfin de toutes les formes :-)

7 article(s)